Nouveauté

La télé sous surveillance

La télé sous surveillance

La télé sous surveillanceQuelles sont les limites de la télé ? À partir de quand les images choquent-elles nos enfants ? Faut-il à tout prix éloigner nos enfants de certains programmes télévisés ?
Serge Tisseron, psychiatre spécialiste de la question, nous aide à faire le point sur l'attitude à adopter face à nos enfants et à la télévision.

Quelles sont les images dont il faut protéger nos enfants ?
Certaines images sont plus violentes que d’autres et peuvent malmener l’enfant par leur contenu. D’autres images qui n’ont pas ce contenu violent peuvent également toucher le jeune spectateur. Il faut donc distinguer la violence des images et les images qui font violence.

Que pensez-vous de la codification de certains programmes à la télé ?
En ce qui concerne les images violentes, je crois qu’il est important qu’elles soient codifiées (interdictions aux moins de 12, 14, 16 ans…) et que les parents respectent cette autorité. De même, si un film est autorisé à partir de 12 ans, l’enfant a le droit de le regarder s’il a 12 ans. Les parents ne doivent pas se substituer à l’autorité collective.

Comment savoir alors si un enfant a pu être émotionnellement touché par des images a priori non-violentes ?
Généralement, l’enfant exprime ce qui le gêne. Il peut réagir par exemple à des images d’un lion qui chasse une proie, d’une peluche abandonnée sur le bord de la route… Il faut alors ouvrir le dialogue. D’ailleurs, si on laisse un enfant devant un programme seul et même si celui-ci a l’air complètement anodin, je recommande aux parents de demander à l’enfant de raconter ce qu’il a vu. Si quelque chose l’a marqué, il en parlera.

Donc des images violentes tempérées par le dialogue, c’est surmontable ?
Tout à fait Et si l’enfant n’arrive pas à s’exprimer par des mots, il peut d’abord passer par le dessin, le jeu. Cela veut dire qu’il évacue son ressenti, qu’il ne le garde pas pour lui. Ensuite, le rôle des parents est de les amener à discuter et de les aider à prendre de la distance. Il s’agit  d’éduquer progressivement les enfants aux images et de leur expliquer comment cela fonctionne.

Avez-vous un message à faire passer ?
Nous ne voyons pas tous les images de la même façon. C’est la raison pour laquelle il faut être vigilant avec les enfants. Mais c’est aussi une chance de ne pas recevoir les images de la même manière ! Dans une société où on ne communique plus assez, les images sont un formidable moyen d’échanger, un magnifique sujet de débat. On a beau avoir vu le même film, le même reportage, on n’en a certainement pas retenu la même chose. Chacun est sensible à des choses bien différentes. Et échanger nos images, c’est aussi échanger nos visions du monde !

À lire
Nos enfants sont-ils victimes des images ?, Serge Tisseron, Bayard, 2005, 17 €.

0.00€0 produits