Nouveauté

Sexe et grossesse : Faire l’amour pendant la grossesse

Sexe et grossesse : Faire l’amour pendant la grossesse

Sexe et grossesse : Faire l’amour pendant la grossesseFaire l’amour pendant la grossesse c’est découvrir une nouvelle façon d’aimer, l’apprentissage de nouveaux gestes, de positions sexuelles inédites et d’un érotisme plus doux et plus subtil. Comment continuer à avoir des rapports sexuels en toute sérénité ? Tour d’horizon de la sexualité des femmes enceintes en cinq questions.

1. Faut-il continuer à avoir des rapports sexuels pendant sa grossesse ?
Oui, bien sûr. La grossesse n’est en aucun cas  une contre-indication à la
sexualité sauf dans certains cas particuliers. Au contraire, l’orgasme provoque la libération d’endorphines, substances qui ont des propriétés relaxantes et antistress. Forcément ces moments sont donc bénéfiques pour vous et pour bébé !

2. Dans quels cas les rapports sexuels sont-ils contre-indiqués ?
C’est votre gynécologue qui, après un examen clinique, vous le dira. Les
rapports sexuels sont à éviter lorsque le col est mou, ouvert ou si vous avez beaucoup de contractions. Il arrive également que la pénétration sexuelle soit contre-indiquée le premier trimestre pour les femmes qui ont déjà fait une ou plusieurs fausses couches. Ceci dit, rien n’empêche le couple de s’adonner à d’autres jeux amoureux.

3. Est-il normal que les sensations changent ?
Le corps est plein d’hormones, ce qui explique une plus grande sensibilité. Pour certaines femmes, la sexualité est plus forte en sensations. Pour d’autres cela provoque un certain inconfort. D’autre part, sur le plan psychologique, la sexualité est appréhendée autrement. Un être en devenir s’interpose entre le père et la mère.
Certains couples parviennent à l’occulter alors que d’autres sont inhibés par cette réalité. Ce peut être le cas de l’homme ou celui de la femme. La peur de faire mal au bébé est très présente, bien qu’injustifiée.

4. La sexualité évolue-t-elle au fil des mois de la grossesse ?
Oui, il n’est pas rare que, lors du premier trimestre, elle soit ralentie. Les premiers mois sont souvent difficiles et anxiogènes pour la future mère. Puis, peu à peu, la femme se sent mieux, elle est moins fatiguée. Les petits bobos des premiers temps disparaissent. Pendant le deuxième trimestre, la sexualité est donc plus épanouie. Pendant le troisième trimestre, le corps est plus lourd, bébé plus présent et remuant. La sexualité peut donc devenir gênante et inconfortable.

5. Que faire si la sexualité est interdite ?
Si votre médecin vous conseille de ne pas avoir de rapports sexuels, il est très important de maintenir un certain érotisme, selon le sexologue Philippe Brenot. La conjugalité se nourrit au quotidien et une période d’abstinence trop longue lui est néfaste. Cultivez la tendresse, les caresses et toutes sortes de jeux érotiques.

À lire
L’épanouissement amoureux et sexuel du couple, Claude et Danielle Allais, Bernet Danilo, 5,90 €.

0.00€0 produits