Nouveauté

Lui apprendre la propreté

le pot CIl a déjà 3 ans mais n’est toujours pas propre… que faire ? Comment l'aider à cet apprentissage en douceur, sans pression et en acceptant les petits accrocs ? Conseils.

Un rythme à respecter

La psychanalyste Françoise Dolto est l’une des premières à l’avoir écrit noir : pour devenir propre, l’enfant doit contrôler ses sphincters. S’il peut monter et descendre un escalier, c’est que ses muscles sont prêts à retenir et pousser. L’acquisition de la propreté dépend en partie de cette maturité physique, qui doit se doubler d’une maturité psychologique. L’enfant doit en effet comprendre l’intérêt de la propreté et exprimer le désir d’être autonome sans ressentir sans cesse de pression.

Agir

Apprivoiser (ou customiser) le pot est important pour que l’enfant ne le rejette pas. Il peut aussi s’y asseoir habillé, pour s’amuser et pour avoir l’air d’un grand. Mieux vaut choisir l’été pour enlever la couche et laisser l’enfant sentir qu’il se mouille. Quand il s’assied nu sur le pot, inutile de lui demander d’y rester plus de 5 minutes. Accompagner ses tentatives par des félicitations et accepter ses accidents lui permettra d’appréhender la propreté avec sérénité.

Des peurs à calmer

Derrière le retard de l’enfant peut aussi se cacher une appréhension : celle de perdre une partie de lui-même lorsqu’il va à la selle. Il arrive ainsi que certains bambins se constipent à force de se retenir. Cette appréhension s’explique, selon la psychologue Anne Bacus, par une mauvaise compréhension de ce qui se passe sur le plan physiologique. Une peur de l’inconnu qui nécessite un accompagnement adapté.

Agir

Face à ces peurs, les parents doivent se montrer compréhensifs et rassurer l’enfant en lui expliquant ce qui se passe dans son corps : « l’enfant doit comprendre que ses selles ne sont pas une partie de lui-même mais des déchets, continue Anne Bacus. » Logiquement, une fois les mots mis sur les maux, cette peur devrait disparaître pas à pas. Et « surtout évitez les moqueries, punitions ou humiliations en cas de peur persistante, prévient le docteur Di Mascio. Montrez votre satisfaction quand l’enfant essaie… même s’il échoue. Mais n’en faites pas trop non plus : un cadeau à chaque caca dans le pot serait excessif ! »

Souffre-t-il d’une régression ?

Une naissance, une séparation, un déménagement peuvent expliquer les régressions. Celles-ci peuvent également être causées par un blocage. Dans notre société de la performance, l‘erreur la plus souvent commise, selon la pédopsychiatre Gisèle George, est « de demander à l’enfant de devenir propre trop tôt ou trop vite. » Ici, inutile de presser l’enfant. S’il se retrouve en situation d’échec, il n’aura qu’une envie : revenir en arrière. Parfois, une pause est nécessaire pour comprendre les raisons de la régression, pour trouver le bon rythme et laisser émerger le désir de devenir propre, d’abord le jour et ensuite la nuit.

Quelques repères

Vers 15 mois : L’enfant commence à dire quand il est mouillé.

Vers 18 mois : L’enfant se retient le jour.

Vers 28 mois : Peu à peu, il devient propre le jour.

Vers 3-4 ans : l’enfant est capable de se lever la nuit pour aller aux wc.

À lire :

  • Pour moi :

Mon enfant de la naissance à la maternelle, Béatrice di Mascio, Albin Michel, 27, 90 €

Apprendre la propreté à bébé, Vanessa Saab, Jouvence, 2,90 €

  • Pour lui :

Non ! Je ne veux pas le pot, Nathalie Bélineau et Émilie Beaumont, Fleurus, 5 €

Le pot ça sert à quoi ?, Sophie Bellier, Marie Quentrec, Fleurus, 4, 50 €

0.00€0 produits