Nouveauté

La musique des ados : un cri de l’intérieur

La musique des ados : un cri de l’intérieur

La musique des ados : un cri de l’intérieurSource de divertissement, de plaisir, d’évasion, la musique est aussi, à l’adolescence, un moyen de « revendication » identitaire. Pour devenir eux-mêmes, nos adolescents ont souvent besoin d'affirmer leurs goûts musicaux, de comparer leur musique préférée à celle des autres ados et de se différencier ainsi de leurs parents.

« Hier j’écoutais Iggy Pop, Jim Morrison, les Stones, les Clash », se rappelle George, une pointe de nostalgie nichée dans la voix. « Au lycée, j’avais même composé, avec une poignée d’amis, un groupe de Punk. On se débrouillait pas mal, vous savez. On voulait refaire le monde. »
À 45 ans, l’homme avoue s’être « assagi ». « J’écoute un peu de classique, beaucoup de jazz. » Aujourd’hui, c’est son fils aîné, Mathieu, qui semble avoir repris le flambeau de la musique dite « amplifiée ». Du haut de ses 15 ans, le jeune intéressé affiche fièrement ses goûts : « Le jazz ? c’est nul… moi je préfère les guitares qui grincent et les batteries qui cognent. » En témoigne sa chambre tapissée de posters de rock-stars aux tignasses indomptables, aux regards rebelles, aux postures provocantes.

Remises en question
Avec les débuts de l’adolescence, une nouvelle vie commence ailleurs, en dehors du doux cocon familial. On se cherche. On cherche de nouveaux idéaux en rejetant en bloc ceux que nos parents nous avaient jusqu’alors inculqués. On s’oppose pour se sentir « librement exister ».
Cette période transitoire, où le désir de s’affirmer se fait tout-puissant, est aussi celle des contradictions et des conflits intérieurs. On réfléchit sur ce que l’on est, sur ce que l’on veut être, sur ce que l’on deviendra.

Émotions
De ces remises en questions naissent des incertitudes, des frustrations, des surcharges affectives que l’on cherchera à « évacuer » sur un terrain capable de contenir un tel « surplus d’émotions ». L’un de ces terrains providentiels : la musique, loisir préféré des jeunes depuis près d’un demi-siècle.
« La musique, explique ainsi Michel Fize, sociologue au CNRS et auteur de l’ouvrage Les adolescents, submerge le monde des ados. Elle les plonge en solitaire ou en groupe dans des bains sonores jusqu’au paroxysme. Elle est un véritable langage de la jeunesse. Rock – toujours –, rap – encore –, techno – de plus en plus. »

Codification
Lui, Damien, 16 ans, sa musique fétiche, c’est le reggae. Affublé d’un pantalon effiloché, d’un T-shirt XXXL et d’un bonnet multicolore, enfoncé jusqu’aux oreilles, il affirme que «l’esprit rasta » est une culture à part entière, « une façon de voir le monde ». « La cour de récré de mon lycée, explique-t-il, se compose de plusieurs groupes. Vous avez les fans de r’n’b, discrets, les fans de raï issus de l’immigration, les fans de hip hop qui se claquent les points pour se saluer, et les fans de reggae, comme moi. Chacun de ces groupes a ses propres codes, ses propres morales. »
« À l’adolescence, être identifié à un style de musique, explique le psychologue André Breu, c’est accepter un type de culture, des symboles, un mode de vie. » C’est se procurer une identité provisoire, à un âge où les corps changent, où les caractères évoluent et où le « je » éprouve parfois quelques difficultés à se définir.

Opposition
D’autant que les ados n’aiment pas n’importe quel type de musique. Quand on lui parle de Mozart ou de Brahms, Loane, 15 ans, pouffe de rire et, d’un air un peu désinvolte, nous explique qu’il s’agit là d’une « musique de vieux », par opposition à la « musique de jeunes », qui est une « musique cool », bien entendu.
Car c’est un fait. Être ado, c’est être à part : ni vraiment enfant, ni vraiment adulte. C’est ressentir le besoin de revendiquer son autonomie, ses différences.
Dans ce contexte d’émancipation, la musique a donc vite fait de devenir à la fois un moyen de se différencier de papa et de maman et une façon de résoudre temporairement les conflits, en soi.

Affirmation
« Dans son ensemble, observe le psychologue André Breu, la culture adolescente est une culture « bruyante ». Elle entend capter l’attention, signifier l’existence. Elle est marquante… marques sur le corps – piercing –, marques sur la ville – tags. Chez les ados, la musique participe naturellement à ce désir de « marquer » pour mieux se « démarquer ». Elle permet souvent de créer une rupture avec les parents. » En coupant définitivement le cordon ombilical, elle annonce une prise de distance nécessaire à l’affirmation de sa propre personnalité. En constituant une véritable recherche d’équilibre, elle ouvre à des aspirations profondes d’épanouissement.

Révolution
Cela étant, une étude récente menée aux États-Unis a montré que les filles et les garçons n’écouteraient pas la musique tout à fait de la même manière. Chez ces premières, la musique traduirait des préoccupations d’ordres affectifs : moyen d’évasion, porte ouverte à la rêverie, à l’amour, aux fantasmes du prince charmant. Chez les garçons, la musique pousserait davantage au défoulement et exprimerait plus facilement une réaction de révolte contre l’autorité.
Jeanne-Marie, 40 ans, mère de Léa, 14 ans, et Gaspard, 15 ans, confirme : « Quand ma fille écoute de la musique, elle reste dans sa chambre et rêvasse pendant des heures entières. Parfois, je la surprends en train d’écrire dans son journal intime. Mon fils lui, c’est différent. Il écoute du Rap. Il monte le volume de sa chaîne au maximum et danse ou chante sur ses morceaux fétiches. »

Passage
Lorsqu’on lui parle de Rap, elle, Ghislaine, 35 ans, maman de Stéphane, 12 ans, dodeline de la tête et s’effraye un peu : « Je trouve les paroles du Rap provocantes et délibérément violentes. J’espère franchement que mon fils n’écoutera jamais cette musique… »
Marianne Letchev, musicologue, affirme néanmoins que les influences négatives de la musique dite « violente » sur la jeunesse restent globalement minimes. « Un ado, qui se laisse influencer par les propos offensants d’un chanteur, est un enfant en souffrance qui exprime indirectement un mal-être psychologique profond – manque d’amour, manque d’encadrement, manque d’estime de soi, etc. »
« Quand mon fils de 14 ans écoute une musique qui incite à l’alcool, à la drogue, explique René Georges, 41 ans, j’en discute avec lui. C’est une façon, pour moi, de créer un dialogue. »
Car si à l’adolescence, la musique permet de prendre des distances avec la génération aînée, elle donne aussi l’occasion de discuter, de polémiquer, à un âge ou bien souvent « la mélodie du silence » plombe tout échange possible avec les parents.

À lire
Votre ado, Marcel Rufo, Christine Schilte, Marabout, 6,90 €
Les nouveaux ados, comment vivre avec ?,Collectif, Bayard culture, 14,50 €

0.00€0 produits