Nouveauté

Fratrie : et si les disputes avaient du bon ?

calb120973Fratrie_jpgUne fratrie qui ne connaît pas de querelles n’existe pas. Et, quelque part, tant mieux. Car les disputes ont leur utilité : elles permettent à l’enfant de se confronter à ses pairs, de tester ses limites, de faire l’apprentissage de la vie en société et de construire les contours de sa personnalité. Explications.

Les disputes qui opposent les enfants ont, la plupart du temps, une
origine bien définie. En se bagarrant, l’enfant cherche souvent à
devenir l’objet de l’attention de ses parents. C’est pour cela que
nombre de disputes se déroulent en leur présence.

Reconnaissance

En essayant de se faire remarquer, l’enfant cherche à être reconnu comme une personne existante. Ce besoin de reconnaissance a été étudié et mis en exergue par le psychiatre américain Eric Berne, le fondateur de l’Analyse transactionnelle (théorie ayant pour but de permettre une meilleure connaissance de soi et des autres en étudiant les phénomènes intrapsychiques à travers les échanges relationnels), au travers du concept de « stroke ». Un stroke est une unité de contact humain: un regard, une écoute, une caresse, une parole… En d’autres termes, c’est la reconnaissance qu’une personne donne à une autre par le biais d’une considération, quelle qu’elle soit. Berne distingue d’ailleurs les strokes positifs, qui correspondent à des remarques valorisantes et des marques d’affection, des strokes négatifs qui correspondent à une dévalorisation de l’autre. Et, selon lui, mieux vaudrait être l’objet de
strokes négatifs plutôt que d’aucun stroke.
La reconnaissance, qu’elle soit valorisante ou non, est nécessaire à la vie dans la mesure où elle représente la preuve que l’individu existe bel et bien.

0.00€0 produits